Le tabac et la greffe de cheveux : quels sont les risques ? 1

Le tabac et la greffe de cheveux : quels sont les risques ?

IL faut garder à l’esprit que lorsqu’on fume une seule cigarette, on consomme presque 4000 substances toxiques. Ce nombre est suffisant pour nous donner une idée sur les dégâts que le tabagisme engendre. En fait, en dehors de ces effets sur l’organisme, le tabagisme a un impact significatif sur les résultats de greffe de cheveux.

Il est recommandé alors d’arrêter le tabac avant et après l’opération de la greffe de cheveux, afin d’obtenir des résultats optimaux et satisfaisants. De plus, l’opération de la greffe de cheveux peut être une occasion pour le fumeur d’arrêter le tabac définitivement. Quels sont alors les risques du tabac sur les cheveux transplantés ? et quant le fumeur doit commencer le sevrage tabagique avant la transplantation capillaires ?

Le tabagisme et la greffe de cheveux

Certains patients peuvent sous-estimer l’opération de la greffe de cheveux, en pensant que la consommation du tabac ne va pas influencer sur les résultats attendus, contrairement aux autres opérations nécessitant une anesthésie générale. Il s’agit d’une fausse idée, car le tabac influence extrêmement sur le résultat de l’opération la greffe de cheveux et peut provoquer des risques irréparables.

La bonne croissance des unités folliculaires transplantées après la greffe de cheveux nécessite une bonne irrigation en oxygène et une bonne alimentation pour qu’elles repoussent naturellement. En général, la consommation du tabac entrave l’apport sanguin, ce qui met en dangers ces unités folliculaires et donc génère l’échec de l’opération.

Quels sont les risques de la greffe de cheveux liés au tabac

Il a été prouvé que la consommation de 2 cigarettes suffit pour réduire la circulation sanguine périphérique de 9 % à 55%. En fait, Le facteur additif majeur de la fumée de cigarette est la nicotine qui est considérée comme un puissant agent vasoconstricteur.

Le tabagisme provoque un rétrécissement des capillaires sanguins responsables du transport d’oxygène et de nutriments ce qui impacte la circulation sanguine et donc une altération du processus du cicatrisation postopératoire.

Par ailleurs, la nicotine diminue le taux du collagène au niveau des cicatrices, ce qui retarde la cicatrisation et forme une cicatrice d’une texture anormale.

Les effets du tabac au cours de l’opération de la greffe de cheveux

Le processus de la greffe de cheveux nécessite une grande précision pour avoir des résultats optimaux, notamment lors de la réimplantation des unités folliculaires. Si le patient n’a pas cessé de fumer avant l’opération, cela peut engendrer des saignements excessifs au moment de l’intervention, et par conséquent, gêner la vision du chirurgien lors de la mise en place des greffons récoltés et cela peut nuire aux résultats estimés.

Parfois, le médecin peut permettre aux patients qui semblent être incapables d’arrêter le tabac et qui ont une addiction forte de prendre une pause pour fumer au milieu de l’opération dans le but d’entrainer une vasodilatation des capillaires sanguins du scalp, et donc la diminution des saignements excessives. Cependant la plupart des médecins demandent à leurs patients d’arrêter la consommation du tabac autant que possible avant l’opération.

Les effets du tabac après l’opération de la greffe de cheveux

Les patients qui fument et qui visent subir une greffe de cheveux doivent penser aux complications postopératoires liées au tabagisme, particulièrement celles associées au processus de cicatrisation. Mais surtout, il faut penser au résultat de la greffe de cheveux qui sera permanent et cela vaut la peine de penser d’arrêter le tabac.

Retard de la cicatrisation : Habituellement, l’effet majeur des cigarettes et tous les types du tabac est la constriction des vaisseaux sanguins au niveau de cuir chevelu. Le monoxyde de carbone fait partie des composants de la cigarette et qui est responsable de diminution du débit sanguin. En fait, ce trouble d’irrigation sanguin induit à une mauvaise cicatrisation des micro-incisions.

L’infection : Plus le cuir chevelu prend de temps à cicatriser, plus le risque d’infection sera augmenté. Tant que ces micro-incisions n’ont pas cicatrisé, elles vont être ciblées par les agents pathogènes responsables de l’infection.

La nécrose : le tabagisme est le facteur majeur favorisant la survenue du risque le plus grave que le patient peut avoir après une greffe de cheveux qui est la nécrose. Les fumeurs qui ont utilisé la technique de FUT sont en fait les plus risqués d’avoir une nécrose. Malheureusement, l’impact de la nécrose sur les unités folliculaires sera généralement irréparable et par conséquent, l’échec de l’opération de la greffe de cheveux.

En général, la nicotine est un inhibiteur compétitif de l’oxygène, provoquant ainsi un degré supplémentaire d’hypoxémie tissulaire.

Le Saignement : l’altération du processus de cicatrisation due aux fumées de cigarette, signifie que les saignements vont persister plus de temps dans la période postopératoire. Ce qui va gêner le patient.

Quand commencer le sevrage tabagique ?

Vue l’impact négatif que la nicotine engendre, le patient est appelé à arrêter le tabac avant et après l’opération de la greffe de cheveux pour obtenir des résultats satisfaisants et permanents.

En fait, il est recommandé d’arrêter le tabac quatre semaines avant la greffe de cheveux, et après l’opération il est préférable de ne pas fumer jusqu’à la guérison complète du site opératoire estimé dans 2 semaines.

Le sevrage tabagique avant et après l’opération favorise la récupération rapide, diminue le taux des effets indésirables mais aussi optimise les conditions chirurgicales en diminuant le risque anesthésique.

 

Références :

Pluv I., Garrido I., Pauchot J., Saboye J., Chavoin JP., Tropet Y., Chaput B., Smoking and plastic surgery, part I. Pathophysiological aspects : Update and proposed recommendations. Annales de Chirurgie Plastique Esthétique. Vol60(1), pages e3-e5, (2015).

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S029412601400171X

Perez-Meza D., Niedbalski R., Complications in Hair Restoration Surgery, Oral and Maxillofacial Surgery Clinics of North America, 21(1), 145. (2009).

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1042369908001088

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *